En tout cas, ça n’arrive pas qu’à lui. En sortant du travail, il y a un peu plus d’une semaine, j’ai eu la mauvaise surprise de constater qu’il n’y a pas que dans les stationnements de centres d’achats que les gens ne pensent pas plus loin que leur bumper. Avant de raconter, je tiens à préciser que je n’ai pas la virtuosité de Francis en matière de dessins (wink)… Mais j’ai un salsifi de bon appareil photo.

Donc.  Le matin, en arrivant au boulot, me voilà-ti pas toute heureuse d’être contente : il y a une place pour me garer dans la rue et, ô joie, juste avant le coin, ce qui m’évite de faire une @$&*£ de manoeuvre parallèle. Je me gare, et je m’assure de laisser suffisamment d’espace derrière moi pour que le conducteur de la voiture qui me suit n’ait pas à défigurer mon bumper arrière quand il ou elle partira. Me voilà donc tranquille pour la journée, qui s’annonce belle (je sais, il ne m’en faut pas beaucoup pour être heureuse). 

C’était sans compter sur la bêtise du conducteur. Celui de derrière s’est mis à cette distance : 

Derrière lui, environ 2 pieds et demi.  En principe, ce n’est pas tellement un problème, puisque j’étais la première avant le coin, right? Erreur! parce que devant, il y a celui-ci qui a eu la « brillante » idée suivante :

Il a fallu que je zigne au moins 20 minutes (chronométrées) juste pour arriver à sortir sans rien endommager!

Ma seule consolation, j’ai laissé un mot à la moto au scooter (aux soins de son propriétaire) pour lui dire ce que j’en pensais…  Ça commencait par : « Bravo, champion! »

Publicités