Je vais finir par croire que le Prodige des pauvres a un don pour prévoir l’avenir.

Ce billet-là, il l’a écrit en SACHANT qu’il y aurait une belle petite tarte qui passerait un jour ‘à tivi pour dire qu’elle voulait devenir Pamela Anderson quand elle serait grande, question qu’il ne se sente pas tout seul à avoir voulu devenir pornstar.

Et à voir la greffe qu’elle s’est fait faire entre le cou et le nombril, elle est carrément bien partie pour devenir comme son « modèle de femme ».  D’ailleurs, à l’entendre ne rien dire avec un manque de vocabulaire que je n’aurais jamais cru possible chez une fille de 22 ans, et à voir ensuite en background son regard complètement vide et son air absent quand Pol Pelletier parlait de théâtre, de féminisme et de son amour pour le Québec, je n’ai aucun mal à imaginer ce qui s’est passé chez le chirurgien esthétique juste avant l’opération :

Docteur Plastique : O.K. Mademoiselle Goyer, nous allons voir les options qui s’offrent à vous, quant au remplissage des prothèses.  Nous n’utilisons plus de sillicon…

Bimbo rousse : Ah non? Zut, c’est ceuze-la que je voulais pour faire comme Paméla…

Docteur Plastique : Désolé, mais en cas de rupture de l’implant, le sillicone est trop dangere…

Bimbo rousse : Rupquoi de kessé? Parlez-moi en normal, sivouplait, je comprends pas le parler de docteur, moi…

Docteur Plastique (pour lui-même) : Eh boy, ça va être long.  Pamela, elle a changé ses poches artificielles pour se grossir les seins pour des affaires naturelles dedans.

Bimbo rousse : Aahhhhh okéééé!!! LÀ je compends, hi hi!  Ben OK, on peut prendre du sillicone naturel…

Docteur Plastique : J’ai bien peur que  ça n’existe pas, ça. Mais par contre on peut utiliser quelque chose comme de la solution salin… pardon, de l’eau avec du sel dedans, ou bien des fois on prend du gras de fesse…

Bimbo rousse : Hi, hi hi! Vous avez dit « fesse »! Hi, hi, hi!!

Docteur Plastique : … … … Écoutez, moi, j’ai développé une technique qui n’est pas encore connue, mais ça donne des résultats assez spectaculaires. On prend la matière non utilisée de votre corps, et on la recycle de manière à ce qu’elle serve au moins à quelque chose.  J’appelle ça le « Transfert de la matière grise ». Ça vous intéresse?

Bimbo rousse : Ouache!!!! « Matière grise », c’est donc ben laid!! Pis j’aime pas ça le gris, moi. C’est tellement pas une belle couleur. Ok, Docteur, on va faire comme vous disez.

Docteur Plastique : Très bien. Vous ne sentirez presque pas la différence.

Bimbo rousse : Eilleee!! Moi je veux sentir la différence! Ça me prend au moins du DD pour passer dans Playboy, tsééé!!

Et ainsi fut-il. La bimbo devint un clone roux pas naturel d’une Pamela blonde pas naturelle non plus, devint un Centerfold de Playboy et passa, le 8 février, à Tout le monde en parle pour dire au monde que ses idoles de jeunesse étaient Marylin, Pamela et Madona.  Qu’elle avait atteint le summum de sa carrière en étant invitée dans une Playboy Mansion remplie de nains, habillée en rose nananne. Qu’elle était célibataire et espérait un homme qui ait une liste de qualités longue d’un kilomètre, admettant être difficile mais que si Pamela avait trouvé un mari, elle oussi en trouverait un qui soit beau, gentil, compréhensif, ouvert, gentleman… (Pareil comme Tommy Lee et Kid Rock, finalement!) Et ne broncha pas un iota à toutes les blagues idiotes qui fusèrent sur son… heu… métier. Il eut fallu, pour cela, qu’elle en saisisse la… « subtilité ».

Et pour les tireurs-tireuses de tomates qui viendront tenter de me faire croire que je suis jalouse, je vais régler la question tout de suite : pas pantoute.  J’étais mince à son âge et on m’a déjà offert de gagner ma vie en montrant mon cul. On peut donc dire que j’ai (presque) eu la même opportunité qu’elle. Sauf que moi j’ai refusé, parce que j’aurais trouvé ça dommage d’avoir eu de bonnes notes à l’école si ça n’était pas pour servir à quelque chose. Je ne suis pas jalouse, je suis découragée.  Je ne peux pas croire qu’un jour, une fillette ait pu grandir en s’imaginant qu’être Pamela Anderson, ça pouvait être LE rêve ultime, l’accomplissement d’une vie. Ses parents lui ont dit quoi, lorsqu’elle était petite, pour l’encourager?  « Wow, la belle petite fille, comme tu as un beau petit cul, sais-tu qu’un jour, tu deviendras riche à cause de ça »? « Mange bien toute ta salade, si tu es gentille, papa et maman t’offriront une paire de seins pour ta fête »? « Non,  non!! Arrête de lécher tes lèvres comme ça voyons!!  PLUS POINTUE, la langue!! Coudonc, t’écoutes pas quand on te parle?? »

Ne manque plus qu’on dise à Miss Playboy édition spéciale que « C’est bon, l’hépatite C », pour qu’elle réponde avec enthousiasme « Moé ‘si!! Moé ‘siii!!! ».

Publicités