Blaaaaahhh!


Eh oui. Cette fois c’est moi qui se demande.  J’ai encore tellement envie de dire des choses, et quand j’arrive devant l’écran… elles brillent par leur absence et je tombe en panne d’inspiration.

Il y a aussi cette grande période de ménage qui s’est enclenchée un peu à mon insu dans ma vie, et qui  m’est arrivée en pleine face cette semaine, par le biais de ma petite voix intérieure :

Eille la grande, tu donnes, tu donnes et tu donnes encore. Sans jamais compter et sans jamais attendre. Mais des fois, t’aimerais pas ça, que quelqu’un l’ait vu? Ça te tenterait pas, une p’tite validation ou des fois juste une remarque? Tu t’es pété la yeule solide cette semaine, qui s’est porté à ton aide? (… bruit de criquets …) Ben ça que j’pensais. Pis ton blogue lui? Là aussi, tu donnes toujours, au fond. Tu leur écris, tu leur donnes ce qui prend naissance dans ta tête, tu les fais sourire, des fois pleurer, t’essaies d’écorcher personne… Tes stats te disent que t’as des visites mais… tu seras jamais un grand blog. Je sais, je sais, t’as jamais voulu ça non plus, mais… Mais. Avoue-le donc, que t’aimerais ça, des fois, qu’on te reconnaisse pour ça aussi. Juste des fois. C’est humain de le penser, de le vouloir, pis de l’admettre, tsé. Là, t’écris ce que je te dicte, pis tu l’écris comme on parle. Fuck la grammaire. Ça te fait pas suer, pareil, de savoir que des blogues qui comptent plus de fautes que le tien reçoivent parfois une mention pour la « qualité de la langue »? Dis pas non, j’suis dans ta tête. Tout ce que tu penses, je le sais. Même ces pensées que tu essaies d’éliminer aussitôt formées. Essaie même pas. Fait que… pourquoi t’arrêterais pas tout ça, une bonne fois pour toutes, hein?  Pour ne pas être oubliée? Ma pauv’ chouette, une fois l’écran fermé, t’es oubliée anyways. Désolée de péter ta balloune, mais c’est d’même. Fait que, arrête donc tout ça…. Pourquoi tu continuerais?

J’ai remis mes écouteurs dans mes oreilles et j’ai commencé une nouvelle dictée, faite par un médecin, celle-là, réellement audible. Et j’ai essayé de la faire taire, cette voix, qui me commande une réponse : Pourquoi t’arrêtes pas tout? 

En effet, pourquoi?  J’ai à la fois envie de continuer et envie de tout arrêter. Et je réfléchis. C’est le pourquoi de mon silence des deux dernières semaines.

Je n’ai pas encore trouvé de réponse…

Ajout : je sais que ce billet n’a aucune cohérence avec celui qui le précède.  Je sais. Mais c’est d’même que ça se passe, entre mes deux oreilles, en ce moment…

Publicités

C’est la première journée qu’elle passe avec moi et je suis déjà tannée. Je ne veux plus d’elle, je ne voulais déjà pas d’elle en partant, mais… Elle colle, la maudite. Et elle me donne mal à la tête, à force de s’accrocher, comme ça, je ne peux plus la sentir. 

Va t’en, tu comprends pas, quand on ne veux pas de toi, maudite fatigante?

Depuis près d’une semaine maintenant. Mon canal auditif est tellement enflé que quand je mange, ma mâchoire pousse dessus et ça fait cr…ssement mal. Les gouttes antibiotiques que le doc m’a prescrites n’ont pas l’air de vouloir faire leur job.

À part ça… tout va bien .

MàJ : dans la mesure où ça ne me tente absolument pas d’aller perdre 16 heures de ma vie à l’urgence et qu’il faut minimum 2 mois avant que je puisse voir mon doc, y en a-t-il parmi vous qui connaissent des remèdes maison pour soulager un peu une otite, en attendant qu’elle finisse par passer? J’me peux pus, moé là… (et pourtant je suis faite forte).

En lisant à droite et à gauche, ce que je comprends, c’est que personne n’aime les chicanes. Surtout pas celles qui se passent sur le Net. Oh, non. C’est pas beau, la chicane.  Si je comprends bien, quand on blogue, il est mal vu de :

– basher sur les autres blogueurs (je suis d’accord)
– émettre en commentaire chez un autre blogueur une opinion qui pourrait soulever une controverse, sous peine d’être accusé de « participer à un party de commentaire », se faire dire qu’on est émotif, qu’on prend trop les choses à coeur, qu’on n’a pas de vie, qu’on est pathétique, complexé, dépressif (!?) qu’on a un gros égo, qu’on manque d’attention, qu’on a l’air dangeureux…
– écrire : émotif, prendre les choses à coeur, pas de vie, pathétique, complexé, dépressif, gros égo, manque d’attention, lis autre chose si t’es pas content, trop sérieux…
– écrire un billet relié à une situation qui s’est produite chez un autre blogueur, parce que ça aurait l’air d’alimenter la chicane
– prendre la défense de qui que ce soit, si on ne veut pas se faire dire qu’on fait automatiquement partie de son « fan-club »
– expliquer ses motivations, de toute manière ça va passer dans le beurre, le monde ne comprend que ce qu’il veut bien comprendre.

J’ai quand même une question pour tous ces bien-pensants qui se targent de détenir LA vérité : si personne n’aime ça, la controverse, comment ça se fait que mes stats ont explosé, depuis deux jours? Et que mon billet d’hier cumule à lui seul plus de visites que je n’en ai normalement en une semaine?

Le seul mot qui me vient en tête, là, c’est : hypocrisie. Je n’ai pas peur de le dire. Et mon ramasse-tomates n’est jamais loin, pour ceux qui ont envie de se laisser aller.

NDLB : J’ai écrit ce texte, la tête complètement froide. Il s’agit d’une constatation (finale) et non d’une réponse à qui ce ce soit, où que ce soit.

Le chauffe-eau qui rend l’âme, c’est un truc dont n’importe qui peut se passer.  Ramasser l’eau qui s’est répandue à la quasi-grandeur du plancher du sous-sol itou.

Mais quand ça t’arrive alors que t’es au chômage et ton mari aussi, ça fait monter d’une coche le facteur « ça fait suer ». Hier, on a magasiné des chauffe-eau et des installateurs. Il a évidemment fallu aussi faire une croix sur toute utilisation d’eau chaude jusqu’à l’installation, ce matin. Et c’est là que Murphy s’est pointé le bout du nez.

J’ai commencé mes règles hier.

Stie.

Tiens. Moi non plus je n’en ferai pas.