août 2008


De deux choses l’une : ou bien j’ai vécu sur une autre planète pendant toute la scolarité primaire de mon fils, ou bien c’est ma chummy qui vient d’une planète hostile aux enfants. Reste que nous avons eu, cette semaine, une petite discussion qui m’a jetée par terre.

Elle me racontait que, d’où elle vient (la planète Longueuil-St-Hubert), les enfants n’ont pas le droit de dîner à l’école s’ils ne sont pas préalablement in$crit$ à un service de garde.  Et elle va plus loin, en me racontant qu’une cafétéria, pour elle, c’est un lieu qu’on ne retrouve qu’à l’école secondaire/polyvalente.  En gros, si un enfant n’est pas in$crit au service de garde, non seulement il ne peut pas manger son lunch à l’école, mais il n’a aucun endroit pour le faire ailleurs que chez lui et n’a pas non plus le droit de se trouver dans la cour d’école sur l’heure du midi.

Chez nous, Coconut a fréquenté trois écoles différentes au primaire. Une école de la maternelle à la 2e (NDL), et ensuite quand nous avons acheté la maison, il a fini son premier cycle à Chabanel et son 2e cycle (4e à 6e) à Laflamme. Il a apporté son lunch à chaque jour et s’est assis à la table de la cafétéria (ou dans le gymnase où on installe des tables le midi) et est allé jouer avec ses amis dans la cour d’école ensuite, sans qu’il ne m’en coûte un sou, sauf pour les jours où je n’avais pas eu le temps de lui préparer son lunch; ces jours-là, je pouvais lui donner des sous pour qu’il se procure un repas chaud (si, si, ils sont offerts aux enfants, chez moi). Idem pour mes neveux et nièces qui ont fréquenté des écoles d’autres villes/villages. Et c’est comme ça que ça a toujours été, d’aussi loin que je me souvienne, même pour mon propre primaire (et là, on s’entend-tu que ça fait un bail?).  Bref, à l’entendre, un enfant qui ne s’est pas in$crit au service de garde doit forcément aller manger chez lui, quitte à prendre l’autobus le midi pour ça.  Pardonnez-moi l’expression mais, je suis restée… sur le cul. Flabergastée.

Et maintenant, je suis curieuse. Vous, quelle planète habitez-vous? Vos enfants peuvent-ils manger leur lunch à l’école ou êtes-vous forcés de payer pour qu’ils aient ce… « privilège »? Est-ce vrai que partout ailleurs, les taxes scolaires qu’on impose aux propriétaires ne suffisent pas à offrir un service que j’ai toujours cru comme faisant partie du service?

Publicités

Qu’est-ce qu’on fait quand on ne peut pas, pour un raison X ou Y, aller se dépayser ailleurs pendant sa (trop courte) semaine de vacances?

On se dépayse d’abord pas loin :
– En changeant d’époque pour une journée, au Village québécois d’antan avec Maman, Toutite soeur et les petites;
– En allant se moquer en famille (incluant Mimi-à-Coconut) de nos travers et nos manies, avec la pièce Toc Toc, au Chapiteau de Bromont (très, très, très drôle!).

Ensuite, on se dépayse chez soi :
– On change la toilette pour un modèle plus écolo (qui chasse avec 3 ou 6 litres d’eau, selon le… besoin) et on prévoit une « nouvelle » baignoire (recouverte par Bain magique);
– On repeint le salon, le passage (après 6 ans, il est temps) et la salle de bain (avant l’installation, c’est préférable);
– On donne une 2e vie à la rampe d’escalier avec une nouvelle couleur (peindre du métal, c’est long… sauf quand c’est Époux-stoufflant qui le fait);
– On fait installer la climatisation centrale (qui, accessoirement, deviendra le chauffage central dans quelques mois mais ça, on ne veut pas y penser tout de suite);
– On aide Coconut à repeindre sa chambre (à presque 15 ans, le jaune bébé et le vert pomme, ça arrête d’être cool);
– On repense la déco, on commande de nouveaux rideaux, on visite les magasins de meubles et on commence à prévoir certains achats…

Avec la fin de semaine de trois jours à Québec qu’on s’était offert, Époux-stoufflant et moi, la semaine d’avant, j’ai quand même l’impression d’avoir profité de l’été qui n’arrivait toujours pas.  Semblerait qu’il a choisi aujourd’hui pour faire acte de présence.  Je suis quand même reposée, fraîche et dispose pour le retour au travail mais je me pose malgré tout une question…

Est-ce normal que j’aie déjà hâte à la prochaine fin de semaine de trois jours???

Et j’ai eu envie de me l’approprier.  Cocher les éléments faits. Mettre en gras ce qui reste à faire (ou à refaire) avec Époux-stouflant, bien entendu. Barrer ce qui ne s’applique pas. 

La liste (Rose)


Aller à un concert

Repeindre ma chambre √ en vert
Boire de la vodka √
Aller chez Ikea
Mettre un décolleté
Louer un meublé √
Et puis tout massacrer

Pleurer pour un rien  √
Acheter un chien √
Faire semblant d’avoir mal √
Et mettre les voiles
Fumer beaucoup trop
Prendre le métro √
Et te prendre en photo

Jeter tout par les fenêtres
T’aimer de tout mon être
Je ne suis bonne qu’à ça
Est ce que ça te déçoit ?
J’ai rien trouvé de mieux à faire
et ça peut paraître bien ordinaire
Mais c’est la liste des choses que je veux faire avec toi

Te faire mourir de rire
Aspirer tes soupirs
M’enfermer tout le jour  √
Ecrire des mots d’amour
Boire mon café noir √ 
Me lever en retard √ +
Pleurer sur un trottoir √

Me serrer sur ton coeur
Pardonner tes erreurs
Jouer de la guitare (inutile, j’ai jamais pu)
Danser sur un comptoir
Remplir un caddie (??)
Avoir une petite fille (trop tard… j’aurais adoré)
Et passer mon permis (c’était avant toi)

Jeter tout par les fenêtres
T’aimer de tout mon être
Je ne suis bonne qu’à ça
Est ce que ça te déçoit ?
J’ai rien trouvé de mieux à faire
Et ça peut paraitre bien ordinaire
Mais c’est la liste des choses que je veux faire avec toi

Je sais, je suis trop naïve
De dresser la liste non exhaustive
De toutes ces choses que je voudrais faire avec toi

T’embrasser partout
S’aimer quand on est saouls √
Regarder les infos √ + +
Et fumer toujours trop
Eveiller tes soupçons √
Te demander pardon
Et te traiter de con √

Avoir un peu de spleen √
Ecouter Janis Joplin √
Te regarder dormir
Me regarder guérir
Faire du vélo à deux
Se dire qu’on est heureux
Emmerder les envieux. √

Et vous?

J’ai été taguée par Choco que je soupçonne de croire que je n’ai pas d’inspiration… 😛

Votre définition du bonheur en vacances se rapproche-t-elle plus des Bronzés ou du Camping sauvage? – la barre est haute, nous le savons! –
Huh? Pardonnez mon inculture, mais… je n’ai jamais vu les Bronzés, alors je ne peux pas établir de comparaison… Pour moi, le bonheur en vacances, c’est la farniente totale, aucun horaire, ne faire que ce qui nous chante, peu importe où on se trouve.

Pensez-vous qu’un hot dog fait au fer à repasser est le meilleur qui soit?
Non, moi je les aime steamés – oubliez le fer à repasser et sortez le TOBI!

Par quelle partie du corps digérez-vous les aliments frits?
Les hanches…

Quelle chanson chanterez-vous au prochain karaoké sous la grande tente? Et pourquoi?
N’importe quelle toune de Laurence Jalbert, parce qu’elle est facile à chanter, pour moi.

Votre hit de tous les temps, du jukebox du café de plage, c’est quoi?
J’ai connu la fin de l’âge des jukebox… j’adorais mettre mon 25¢ pour faire tourner Donne, donne, donne ou Danser, danser, de Nanette Workman.

Le pire coup de soleil de votre carrière a été soigné à quoi?
À l’aloès – c’est miraculeux, cette plante-là.

Clôture en bouchons de bouteilles de bière, nains de jardins ou flamants roses en plastique?
Rien de tout ça! Mais si je suis ab-so-lu-ment obligée de faire un choix, alors ce serait les nains de jardin, parce que ça fait tripper Coconut.

Il pleut pendant votre seule semaine de vacances, vous commencez une thérapie, à fumer, ou vous faites chier toute votre famille?
Je commence une thérapie par le jeu : je sors les casse-tête, le monopoly, des livres, des mots-croisés…

Le meilleur hamburger que vous avez mangé était-il Angus, bio ou full gras?
Angus, et je me suis régalée!

Soyez honnête : un speedo peut-il être sexy?
Juste sur Alexandre Despatie (ou Triple H, ou Batista…)

Ah et il faut en plus que je tague quelqu’un? Arf.  Bon.  Ceux qui en ont envie, servez-vous.