août 2006


Coconut : M’man, la dernière fois qu’on est allé à Montréal, j’ai remarqué quelque chose… Deux pitounes qui se promenaient sur le trottoir avec leurs chums, les filles ensemble devant, les gars derrière, pis c’est pas la première fois que je remarque ça…. Je me demande pourquoi, quand ça arrive, les filles sont toujours en avant des gars?

Moi : J’en ai aucune idée, mon chéri… Peut-être que c’est par gentillesse de la part des gars, de laisser passer les filles devant? («Pourquoi ne pas en profiter pour lui refiler un conseil qui va peut-être lui servir un jour?», se demande la mère en moi…)

Coconut : Ouan, peut-être… Peut-être que c’est pour la vue, aussi…

Oueppe. On est en plein dedans.

Publicités

Hier à la station-service, pour 33,75 $, j’ai eu :
1 plein d’essence (réservoir à un peu moins que la moitié)
1 pinte d’huile pour mon moteur
4 litres de lait (ben oui, pas eu le temps de passer à l’épicerie).

La semaine dernière, juste la même quantité d’essence m’avait coûté 39 $.

Si ça pouvait durer….

«Cent fois sur le métier, remets ton ouvrage.» Ma mère m’a répété ceci maintes et maintes fois, en soulignant que c’est ma grand-mère qui disait ça. Dans un contexte informatique et internet, on pourrait dire «cent fois sur la toile, remets ton blogue»… En tout cas, Annick mérite un gros 10 pour la persévérance! Elle change à nouveau d’adresse (et de nom), mais comme elle a joué de malchance avec ses deux premiers essais, cette fois, c’est la bonne! Jamais deux sans trois, dit-on… Pour lui laisser un petit mot et lui dire qu’on va la suivre, c’est par ici.

*************

Soirée d’accueil à l’université, ce soir. Mercredi prochain, c’est le début, le vrai! On a eu droit aux règlements, à un survol de la profession de traducteur (hi, hi, hi… je sais ce que c’est!!), aux règlements, aux suggestions de cours optionnels… Très intéressant. J’ai toutefois pu faire les constatations suivantes (eh oui, je constate toujours, moi) :

Primo: l’université, c’est pas pour les gros.  Je pense que je vais devoir me traîner une chaise dans mon sac, parce que les petits bancs vissés aux tables des amphithéatres, heu… ouais… Je me demande comment je vais supporter trois heures de cours sans perdre ma concentration, si je dois passer mon temps à essayer de trouver un moyen de «fitter» entre le dossier de ma chaise et la table! (Daniel, si tu viens me dire quelque chose du genre « ben maigris, crisse! », je t’enlève de mon blogroll!)

Secundo : en une petite heure et demie, il y en a trois qui ont trouvé le moyen de placer une tranche de vie personnelle du genre « moi j’ai déjà eu un client qui… », « moi j’ai déjà passé deux semaines sur une traduction de deux pages… » Ma patience est déjà mise à l’épreuve. Parce que ma théorie est la suivante : si je paie 232 dollars et une poignée de monnaie pour un cours, c’est pour que pendant les trois heures que dure ce cours, on alimente mon cerveau avec des données qui me rendront un peu plus savante; pour les partages d’expériences personnelles, prière d’aller prendre un café avec quelqu’un que ça intéresse ou de prendre rendez-vous avec un(e) thérapeute… (Faut dire que quand je réagis comme ça, c’est qu’il y a quelque chose qui se passe entre mes deux oreilles; ici, c’est la trouille… J’ai choisi le cours le plus difficile de tout le programme comme premier cours…)

*************

Il paraît que l’examen de préadmission que j’ai passé pour être acceptée au certificat est plus pointu à l’UdeM qu’ailleurs, dans cette discipline. J’ai regardé mes notes il y a quelques minutes… Pour une très rare fois dans ma vie, je suis vraiment fière de moi. Il y en a qui ont été acceptés à condition de prendre un cours d’appoint, soit en français, soit en anglais, soit pour les deux.  Je n’en fais pas partie 🙂

*************

Coconut, lui, commence le secondaire demain. Il a tout préparé ses effets scolaires par matière, préparé son sac pour les cours de la première journée et celui-ci doit bien peser 4 kilos! Et il lui reste encore la moitié de ses effets à la maison… Il doit prendre l’autobus une heure plus tôt que l’an passé; est-ce que quelqu’un peut me prêter une grue, pour le lever demain matin?

*************

Mère Indigne a eu une idée qui me donne envie de lui dire que c’est elle qui est trop cool. Moi j’emboîte le pas. Et vous?

*************

Ceci conclut notre bulletin de nouvelles.  Revenez-nous demain pour un autre épisode de la vie «très pidante» de votre humble servante…

En deux jours, deux messages de personnes frustrées de lire quelque chose sur mon blogue qui vient à l’encontre de leurs opinions… J’ai le choix d’interpréter ça de deux manières : un, c’est une coïncidence malchanceuse, ou deux, c’est la rançon du succès?  Je pense que je préfèrerais la première option… Qu’en pensez-vous?

« Même si je ne prends pas toujours le temps de te le faire sentir, tu es une des personnes les plus importantes de ma vie » (ma soeur)

Davantage que la dernière édition du Français au bureau qu’elle m’a offert – que je souhaitais me procurer depuis bien longtemps et qui m’a fait un plaisir fou – ce petit mot m’a chavirée. Justement parce que, venant d’elle, ces manifestations d’amour filial se font très rares. Et que je l’adore.

Il se pensait bien à l’abri, dans son anonymat. Il pensait même s’en tirer en faisant porter le blâme à un autre. Le rustre!

Je pensais bien qu’il s’appelait Murphy, père de la loi du même nom, celui qui m’a fait vivre le pire début de journée depuis des lustres, tout récemment. Mais non.  Je suis tombée par hasard sur le nom du véritable coupable. Il s’appelle…

MONSTRuations…

Coconut : Quelqu’un qui s’achète un cheval, il ne devrait pas l’appeler Hercule, le cheval va virer fou sinon!

Moi : Hm? Comment ça?

Coconut : Ben, penses-y : « avance, Hercule, avance, Hercule… »

Page suivante »